Prise, interrupteur et équipement électrique adaptés pour les PMR

Au sein de la société, les personnes à mobilité réduite nécessitent des soins attentifs de la part de leur entourage. Et, en particulier, pour faciliter le quotidien d’un individu en fauteuil roulant, il faut, à juste titre, prévoir un aménagement approprié de toutes les prises et interrupteurs de son domicile. Ceci lui permettra une meilleure accessibilité à l’ensemble des installations électriques existantes.

La mise en place des prises et interrupteurs doit être réglementée

Selon l’arrêté du 01 août 2006 et en confirmation des directives énoncées dans le teneur de la loi du 11 février 2005, il s’ensuit que les prises et interrupteurs doivent être placés « en entrée de chaque appartement » et « fixés, tout au plus, à un 1,30 m au-dessus du sol ». D’autant plus, il a été précisé que les boutons d’interrupteur doivent avoir des dimensions assez grandes et posséder des fonctionnalités souples et précises dans leur manipulation. Leur position doit être aménagée dans des endroits facilement repérables, surtout pour les gens malvoyants. Entre autres, des interrupteurs à reconnaissance tactile sont disponibles auprès de certains magasins spécialisés dans la vente d’équipement électrique PMR pour des personnes déficientes visuelles.

Un éclairage des cheminements horizontaux est indispensable

Il s’avère nécessaire que la résidence d’une personne à mobilité réduite soit éclairée en permanence, pour une meilleure visibilité des chemins d’accès à chacun de ses compartiments. En apparence, une zone plongée constamment dans l’obscurité n’engage pas quelqu’un à entrer dans cette partie, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité. Ainsi, il convient d’installer des interrupteurs ayant des colorations contrastées par rapport à la couleur du mur pour assurer notamment le confort de tous les usagers qui occupent la résidence. De surcroît, l’implantation d’une veilleuse à côté de l’emplacement des prises et interrupteurs constitue une meilleure garantie de la visibilité de ces derniers, en cas de présence de zones d’ombre.

L’éclairage des sanitaires doit être adapté aux besoins des usagers

Dans la pratique, il faut savoir que les dispositions se rapportant à la sécurisation des usagers d’une pièce munie d’un point d’eau, à l’instar des cabinets de toilette, sont régies par des textes réglementaires. À cet effet, la mise en place d’un dispositif d’activation automatique de l’éclairage de la pièce est fortement recommandée. Il en est de même pour sa fonction d’arrêt après le passage de l’usager. En réalité, une programmation structurée du dispositif d’éclairage permet l’obtention d’une extinction progressive de la lumière, ceci afin de faciliter l’évacuation effective du cabinet tout en laissant le temps à l’individu de se mouvoir en toute sécurité. En fin de compte, l’observation de toutes les recommandations prévues à cet effet permet de créer un espace convivial à la hauteur des attentes des PMR.

Domotique et handicap : les objects connectés qui peuvent rendre service au quotidien
Monte escalier : zoom sur le système de chaise élévatrice